EURL De la graine au jardin  Montpellier (34 - Hérault) Siret n°: 88128837700024 - E.U.R.L. au capital de 3000€

EURL De la graine au jardin

Montpellier (34 - Hérault)
Siret n°: 88128837700024
Société au capital de 3000€

le blog

au fil des saisons... De la graine au jardin
1 2

Innovation

Le mythe du jardin propre

11/11/2022

Le mythe du jardin propre

Article en cours de préparation...
Bientôt disponible.

L'allélopathie: quand les végétaux désherbent pour vous

25/09/2022

L'allélopathie: quand les végétaux désherbent pour vous

L’allélopathie : quand les végétaux désherbent pour vous

L’allélopathie est un ensemble de phénomènes biochimiques qui favorisent ou défavorisent l’apparition de plantes alliées ou concurrentes autour de la plante émettrice de ces phénomènes. Derrière ce nom scientifique un peu archaïque se cache en fait un système naturel et complexe. Les plantes utilisent des stratégies particulièrement efficaces pour repousser ou favoriser d’autres plantes concurrentes ou alliées. Ce phénomène est le résultat de plusieurs millénaires d’évolution, de sélection naturelle qui ont donc conduit certaines plantes à devenir dominantes.

Il existe l’allélopathie positive qui encourage l’apparition de végétaux autour de la plante émettrice.
L’allélopathie négative inhibe l’apparition de plantes concurrentes. Les facteurs dits biotiques comme les nutriments, la température, le pH, ont une influence sur la capacité allélopathique des plantes. Nous parlerons ici de l’allélopathie négative dans l’intérêt qu’elle a d’aider le jardinier dans la réalisation et l’entretien de son jardin.

 


L’allélopathie peut se manifester de plusieurs façon :

Paillage naturel:
Tout autour d’elle, la plante est capable de déposer naturellement un paillis organique dans le but d’inhiber la végétation autour d’elle. C’est le cas du Pin par exemple dont le paillage naturellement libéré par l’arbre ne laisse pas la possibilité à beaucoup de plantes de passer au travers. Néanmoins, les Iris, bulbeuses, le brachypode, parviennent à résister pour pouvoir se développer malgré la présence de ce paillage épais et étouffant pour beaucoup de plantes.

D’autres plantes comme les Cistes ont la même capacité : il est assez rare de voir des plantes adventices au pied des Cistes.
En attendant que les fonctions allélopathiques de vos végétaux s'activent, vous pouvez envisager un paillage organique autour de vos plantes. Celui-ci aura pour effet de limiter l'arrosage, le désherbage tout en permettant à vos végétaux de se développer sereinement dans l'attente qu'ils mettent en place leur vertus allélopathiques.

 



santoline verte allélopathieLa santoline verte (Santolina viridis, au premier plan en fleurs) est une plante aux vertus allélopathiques

massif allélopathiqueUn massif composé de jeunes végétaux allélopathiques
Le paillage organique a pour but de limiter le désherbage en attendant que les plantes allélopathiques se développent

 

 

Émission de substances:
Au travers des feuilles, des racines, la plante émet des substances biochimiques afin de repousser l’apparition de ses concurrentes. Véritables herbicide et anti-germinatif naturels, ces plantes ont choisi une stratégie bien plus efficace que les produits phytosanitaires créés par l’Homme. Tant que la plante est présente et en bonne santé, de préférence adulte, elle empêche la germination des adventices tout autour d’elle.  C’est le cas des cistes, lavandes, romarins, thyms. Vous l’avez peut-être déjà remarqué au jardin ou dans leur milieu naturel : peu de plantes se trouvent sous ces végétaux allélopathiques. Ces plantes peuvent être très utiles au jardin dans des zones fréquemment visitées car elles permettent de limiter le désherbage et garantissent un décor esthétique toute l’année.

 

 

Pistachier lentisquePistachier lentisque

Cet arbuste typique des garrigues émet des substances biochimiques afin de repousser la germination des adventices autour de lui

Fleur ciste blancFleur de ciste blanc de Montpellier
Cistus albidus est une plante allélopathique

 



Vitesse de croissance:
Sans parler de substance ou de stratégie pouvant nuire à d’autres plantes, certains végétaux, par leur facilité et leur rapidité à coloniser les espaces, pourraient être décrites comme des plantes aux vertus allélopathiques. Les cistes germent en grand nombre après le passage du feu afin de reprendre le plus rapidement possible possession de l’espace. Le chiendent est capable d’envahir de grands espaces étant donné sa capacité d’adaptation ubiquiste, adapté à (presque) toutes les situations. Son système rhizomateux très dense et profond ne laisse que peu de chances à d’autres petites adventices herbacées d’apparaître. Les bambous traçants comme le bambou doré (Phyllostachys aurea) sont capables de coloniser de larges zones sans aucune limite en inhibant la présence de presque tous les végétaux ; ces plantes ont donc une stratégie qui leur permet d’inhiber l’apparition de plantes concurrentes. D’ailleurs, le bambou traçant cumule plusieurs stratégies allélopathiques : vitesse de croissance (plusieurs dizaines de centimètres par jour, système racinaire à la fois superficiel, puissant et suffisamment profond) mais aussi paillage naturel important qui inhibe l’apparition et la possibilité aux graines de pouvoir germer.

 

Jardin secJardin sec expérimental
Ici, au premier plan, une jeune haie d'immortelle d'Italie (Helichrysum italicum) qui évitera le désherbage une fois adulte

 


Quel est l’intérêt d’avoir des plantes allélopathiques (négativement) dans son jardin ?
L’intérêt est surtout de limiter les travaux d’entretien du jardin. Ratissage des feuilles, désherbage, arrosage, apport de matière organique sont autant de tâches qui sont de toute façon néfastes au jardin, voire même contre-productive dans le cas d’un jardin allélopathique.
En imaginant que votre sol soit correctement désherbé en amont de la plantation, bien préparé et décompacté, vous n’aurez quasiment rien à faire au jardin si toutes vos plantes s’équilibrent bien entre elles et qu’elles ne se nuisent pas.

Sauge à feuilles de lavandeSauge à feuilles de lavande (Salvia lavandulifolia subsp. blancoana) est une plante allélopathique aux feuilles aromatiques. En plus de proposer une superbe floraison et des capacités de résistance à la sécheresse, elle est capable d'inhiber la présence d'adventices tout autour d'elle

 

 

Existe-t-il un risque que des plantes allélopathiques ne s’entendent pas entre elles ?
Oui, c’est certain. Au même titre que des associations au potager peuvent s’avérer infructueuses (vecteur d’insectes parasites ou de champignons, captation excessive des nutriments du sol, inhibition des plantes concurrentes). Il existe des associations bien connues qu’il ne faut pas faire au jardin. En revanche, pour le jardin d’agrément, les informations sont plus difficiles à trouver car il existe de nombreuses plantes ornementales et toutes les tester entre elles relèverait d’un défi important.

Le mieux est encore d’essayer. Essayez d’associer des lavandes avec des immortelles, des cistes avec des sauges, par exemple. Dans le cas de plantes de gazon alternatif, vous pouvez même essayer d’associer des Achillées de Crimée avec du Gazon des Mascareignes par exemple. Pour avoir expérimenté ces associations, il n’y a pas de contre-indication à associer ces végétaux entre eux. Ce sont des plantes qui s’entendent bien entre elles et qui, à terme, peuvent former des parterres harmonieux et esthétiques. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter l'article traitant du gazon alternatif.

 



Comment savoir si les capacités allélopathiques de mes végétaux fonctionnent ?
Le mieux c’est de laisser faire et d’attendre en observant régulièrement. Tailler la plante seulement si c’est nécessaire mais laissez opérer le paillage naturel qui se dépose au fil des saisons. Ne ramassez pas ce que la plante disperse naturellement autour d’elle.

De la même manière, assurez-vous lors de la plantation que le sol est suffisamment décompacté afin de favoriser des vertus allélopathiques d’origine racinaire : si la plante parvient à s’enraciner correctement, elle opérera mieux. Beaucoup de végétaux méditerranéens allélopathiques apprécieront bénéficier d’un sol décompacté et bien drainé.
Attendez que la plante atteigne sa taille adulte pour juger de son efficacité allélopathique. On ne peut pas exiger d’une lavande de quelques centimètres de haut d’inhiber aussi efficacement ses concurrentes que si elle avait sa taille adulte. Il en va de même si ce sont les racines qui jouent un rôle allélopathique.
Enfin, dans l’attente que la plante devienne adulte, assurez-vous que des adventices trop envahissantes n’apparaissent pas en surnombre. Par exemple, un chiendent trop imposant ne disparaîtra pas comme par enchantement, même une fois que la plante allélopathique sera devenue adulte. Assurez-vous de désherber suffisamment dans les premiers temps qui suivent la plantation.

 

Massif allélopathiqueUn massif de végétaux recouvert de paillis de chanvre
dans l'attente que toutes les plantes deviennent adultes et remplissent leurs fonctions allélopathiques

 


Quelques exemples de végétaux méditerranéens allélopathiques (négatifs) :

Artémise

Millepertuis
Achillée Laurier sauce
Ballota Lavande
Brachypode Myrte
Centaurée Laurier rose
Ciste Origan
Cataire Sauge d'Afghanistan
Euphorbe Sauge de Jérusalem
Lierre Pistachier
Immortelle Romarin
Piloselle Sauge
Santoline Tanacetum
Épiaire Germandrée
Thym  

 

Fleur immortelle rampante
Fleur d'immortelle rampante
Helichrysum pagophilum

 

 


En conclusion, l’allélopathie négative est un phénomène utile mais encore méconnu du grand public. Pourtant, ses vertus sont non négligeables pour le jardinier qui s’affaire à entretenir son jardin, pensant parfois à tort que l’hygiène de son jardin est le maître mot. Il n’existe pas de jardin propre car il n’existe pas de jardin sale. Comme le dit le jardinier Gilles Clément : « Le mieux, c’est de laisser faire » et c’est d’autant plus vrai dans le cadre d’un jardin allélopathique.

 

Le gazon alternatif

25/07/2022

Le gazon alternatif

Nous connaissons tous le gazon romantique anglais. De fins brins verts, cette sensation agréable à la foulée. Cet aspect molletonné. Généralement tondu court, propice aux jeux, à la détente et la relaxation, le gazon agit dans notre inconscient collectif comme synonyme de tranquillité. C’est le symbole des jardins que nous connaissons tous.

Pourtant, il semble que cette époque soit révolue, notamment en Méditerranée. Consommation gigantesque en eau, besoins d’engrais, traitements pour les champignons, désherbants sélectifs, tontes régulières. Avoir un gazon bien vert et « en bonne santé » en Méditerranée est en fait le résultat d’une lutte acharnée contre le climat et la Nature.



Qu’est-ce qu’un gazon alternatif ?
C’est une gamme variée de plantes couvre-sol destinées à remplacer le gazon conventionnel semé ou plaqué et dont les besoins en matière d’entretien sont beaucoup moins nécessiteux que le gazon conventionnel.

Le gazon alternatif se positionne différemment et prend en compte les facteurs environnementaux actuels afin de vous proposer une couverture du sol tout comme le ferait un gazon conventionnel.
Il se compose de plusieurs plantes naturellement de petites tailles (de 10 cm à quelques millimètres de haut).  

 

Gazon alternatifLes plantes de gazon alternatif sont généralement conditionnées en godets
De gauche à droite: Bruyère marine, Achilée de Crimée, Lippia, Gazon des Mascareignes et Thym rampant


 


Les avantages du gazon alternatif:

Résistance à la sécheresse
Ces plantes ont la capacité de résister au manque d’eau et à la chaleur. Si le système racinaire est correctement installé, elles bénéficient de l’eau qui se trouve plus bas sous terre afin d’aller y prélever la fraîcheur. A la surface, ce sont diverses stratégies que ces plantes mettent en place afin de traverser l’été sans encombre.

Faibles besoins en eau
Les plantes de gazon alternatif nécessitent 50% d’eau en moins qu’un gazon traditionnel. Il est même possible de ne pas arroser du tout une fois les plantes correctement installées. Elles se mettront alors en dormance estivale et reverdiront aux premières pluies automnales.

Pas (ou peu) de tontes
Vous pouvez faire le choix de ne pas tondre du tout votre gazon alternatif. Il est cependant recommandé de tondre 2 à 3 fois par an ou tous les mois (hors période canicule) afin de favoriser le développement horizontal des plantes.

Pas besoins d’engrais
Le gazon alternatif se compose essentiellement de plantes de sols pauvres et drainés. Elles ne nécessitent donc pas d’engrais de façon récurrente comme cela pourrait être le cas du gazon traditionnel (1 à 2 fertilisation par an). Néanmoins, apporter de la matière organique (fumier, compost, terre végétale amendée) une fois par an à l’hiver peut favoriser le redémarrage de la végétation au printemps.

 

Cascade de LippiaLe lippia a la faculté de recouvrir rapidement de grandes surfaces. Il fleurit au printemps pour le plus grand plaisir des pollinisateurs


Aucun traitement
La plupart des plantes de gazons alternatifs ne connaissent que peu de ravageurs et de maladies.
Aucun traitement préventif ou curatif n’est donc nécessaire.
Adaptation au climat méditerranéen
Ces plantes sont parfaitement adaptées au climat méditerranéen : doux en hiver et très chaud et sec en été. Ce qui n’est pas le cas du gazon anglais, y compris les mélanges sport, rustique ou terrain sec qui n’offrent que des résultats médiocres en termes de durabilité.

Résistance au piétinement
Certaines plantes de gazon alternatif sont particulièrement adaptées au piétinement intensif (jeux d’enfants, jeux de ballons). Le Zoisya tenuifolia a l’avantage d’être molletonné une fois bien en place ce qui le rend très agréable à être foulé nus pieds.
D’autres plantes résistent modérément au piétinement, il conviendra donc de les installer à des endroits où le passage est moins intensif.

 

Trio gazon alternatfi


Panel varié de plantes vivaces persistantes et fleuries
C’est un des avantages que tous les amoureux des plantes apprécieront : votre gazon a la capacité de fleurir, de changer d’aspect au fil des saisons et de persister même l’hiver. Il s’agit juste de le tondre au bon moment afin de ne pas risquer d’altérer la floraison.

Durabilité et écologie
Ces plantes ont la faculté d’attirer une biodiversité bien plus variée que le gazon conventionnel. Le fait de pouvoir mélanger plusieurs espèces différentes accroît considérablement la capacité d’accueil de la biodiversité. La durabilité est également beaucoup plus longue sur ce type d’aménagement de sol car les plantes sont vivaces et adaptées au climat et au sol, généralement pauvre, dans lequel elles sont installées.

Un gain de temps considérable
Enfin, c’est un gain de temps pour celui qui profite de cet aménagement. Tous les éléments évoqués ci-dessus détaillent bien pourquoi c’est un gain de temps. L’entretien est tout simplement moins chronophage pour celui qui profite de son gazon alternatif.

 

 

gazon alternatif préparation
Un gazon alternatif en préparation

 


Avant de conclure, voici une liste non-exhaustive de plantes utilisées pour le gazon alternatif:

- Zoysia tenuifolia: forte ressemblance avec le gazon, excellente résistance au piétinement
- Frankenia laevis: très petite taille, bonne capacité d'installation et changement de couleur au fil des saisons
- Achilea crithmifolia: belle vivace rhizomateuse au feuillage duveteux, bonne vitesse d'installation
- Lippia nodiflora: très forte capacité à coloniser de grands espaces, plantes mellifère
- Thymus hirsutus: belle floraison
- Verbena tenuisecta: belle floraison et bonne résistance à la sécheresse
- Cynodon dactylon 'Santa Ana': aspect ressemblant au gazon, belle apparence en dormance estivale



Vous l’aurez compris, le gazon alternatif, même s’il est encore peu connu du grand public, prendra dans l’avenir une place de choix pour tous ceux qui disposent de petites surfaces qu’ils souhaitent végétaliser avec autre chose qu’un gazon conventionnel ou artificiel. Ses avantages non-négligeables et ses facultés d’adaptation au climat méditerranéen sauront séduire tous ceux qui souhaitent bénéficier d’un gazon, les contraintes en moins.



Pour plus d’informations, je vous invite à visiter le site de la pépinière Filippi qui expose quelques plantes de gazon alternatif que vous pourriez envisager dans votre jardin.
Pépinières Filippi - Gazon alternatif


Bien choisir ses végétaux en Méditerranée

17/01/2022

Bien choisir ses végétaux en Méditerranée

Les végétaux adaptés au climat méditerranéen sont nombreux et pourtant souvent méconnus du grand public ou du particulier qui souhaite se lancer lui-même dans l’aménagement de son jardin. Les botanistes, horticulteurs, pépiniéristes et paysagistes travaillent à sélectionner les variétés les plus adaptées au climat en Méditerranée. Ces plantes doivent répondre à plusieurs critères inhérents à la zone géographique dans laquelle elles doivent être plantées. Quelques pistes pour bien choisir ses plantes :

 

 

  • Résistance à la sécheresse
    Les enjeux actuels poussent les acteurs du paysage à repenser la nature de leurs aménagements et donc les végétaux qu’ils sont susceptibles de proposer à leurs clients. Des études récentes prouvent que la flore issue d’Afrique du Nord migre naturellement vers le sud de la France. De la même manière, la flore issue de notre région méditerranéenne se déplace visiblement vers le centre de la France. C’est le cas des chênes qui sont moins visibles qu’auparavant dans notre région. Ceux-ci se sont déplacés vers le centre de la France.
    Ces migrations végétales démontrent donc que le climat change et que les végétaux s’adaptent et qu’il faut désormais penser différemment la diversité végétale que nous souhaitons voir dans nos jardins. Bonne nouvelle ! La flore méditerranéenne est l’une des plus riche de la planète et sa diversité est sans cesse étendue par les explorateurs botanistes qui identifient de nouvelles variétés, en croisent d’autres, afin de proposer des végétaux résistants à des conditions climatiques devenues hostiles pour les plantes que nous avions l’habitude d’installer il y a 10 ans dans nos jardins.
    Désormais, il faut plutôt observer ce qui pousse aujourd’hui en Afrique du Nord, au Mexique, dans les climats semi-désertiques ou arides pour savoir ce que nous pourrions envisager de planter dans nos jardins.

    Sol sec pissenlit

 

Le sol est un critère fondamental pour le choix des plantes que vous devez faire. Particulièrement sec en été, ce sol ne laisse place qu'à un pissenlit



  • Rusticité
    Le pourtour méditerranéen n’est pas connu pour ses hivers particulièrement hostiles à la nature des plantes qui s’y trouvent. Pourtant, il arrive que nous connaissions des phases courtes de gel qui peuvent nuire aux jeunes végétaux ou à ceux qui ne supportent pas du tout le froid hivernal, le gel (non-rustiques). C’est donc un critère essentiel de proposer des végétaux adaptés à des hivers qui peuvent être froids pour ne pas avoir à s’inquiéter du bon développement de ses plantes ou que leur entretien durant l’hiver ne soit pas une contrainte (abriter, couvrir, tailler pour éviter de geler les feuilles).
    Il faut donc pouvoir veiller à proposer des végétaux rustiques qui ne sortent pas blessés de leur phase de dormance hivernale. Beaucoup de végétaux méditerranéens ont des stratégies d’adaptation aux périodes de froids plus intenses que la norme, y compris résistants au gel.

 

 

Gel au jardin myrtillierIl arrive que le gel survienne, même en région Méditerranée. Certains végétaux y sont résistants, d'autres non

 

 

  • Tolérance à un sol humide durant l’automne et l’hiver
    L’automne et l’hiver sont des périodes humides et venteuses auxquelles certains végétaux ne peuvent rien. Il s’agit donc de sélectionner des végétaux qui peuvent supporter de se retrouver dans des sols ressuyés d’eau durant l’automne ou l’hiver sans qu’ils ne pourrissent et ne repartent pas au printemps. Par exemple : certaines variétés de lavandes sont rustiques mais ne supportent pas de se retrouver dans des sols mal drainés et gorgés d’eau en hiver. Elles pourrissent donc durant l’hiver car leurs racines superficielles ne peuvent pas prospecter suffisamment bas pour éviter l’eau en excès. Les lavandes apprécient les sols particulièrement drainés qui laissent filer l’eau au niveau des racines. Il existe deux possibilités : rendre le sol particulièrement drainant si votre palette végétale l’exige. Cette opération est souvent coûteuse en temps et en argent. Ou bien, déterminer les plantes qui peuvent s’adapter au mieux dans le sol dont vous disposez. En sélectionnant des variétés résistantes à l’excès d’eau durant les périodes froides, vous écartez tout risque pour votre plante qu’elle ne pourrisse sans jamais repartir au printemps.

 

 

 

Perce-neigeLe perce-neige apparaît généralement vers la fin de l'hiver. Sa stratégie consiste à disparaître naturellement avant l'été afin de préparer sa prochaine floraison

 

 

Il est donc primordial de bien identifier le climat et la nature du sol, l'exposition dont bénéficie le jardin. Ces paramètres fondamentaux permettront ensuite de diriger le choix des plantes. Les changements climatiques actuels obligent les acteurs du paysage, ainsi que les particuliers et jardiniers, de repenser la nature des aménagements qu'ils souhaitent. La nature des plantes que l'on est susceptible d'implanter dans nos jardins, change, elle aussi. Ces bouleversements n'auront de cesse de nous surprendre car ils apporteront avec eux des variétés de plantes nouvelles et encore méconnues pour notre plus grand plaisir.

Comment bien arroser son jardin?

03/08/2021

Comment bien arroser son jardin?

Bien arroser son jardin

L'arrosage au jardin est primordial, surtout la première année et après la plantation. Mais alors, comment gérer correctement l'arrosage de son jardin sans dépenser trop d'eau? Existe-t-il des techniques pour arroser plus efficacement son jardin et ses plantes en pots? Quand doit-on arroser? Quelle quantité, quelle fréquence? La pluie suffit-elle à arroser? Est-ce que l'eau du robinet, en région Méditerranée, est bonne pour les végétaux? Est-ce qu'un système de goutte à goutte suffit à arroser correctement les plantes? C'est à toutes ces questions que nous allons tenter de répondre maintenant.



Quand arroser?

Il n'existe pas de formule magique pour savoir quand arroser ses plantes. En fait, il faut d'abord observer la plante. Est-ce qu'elle montre des signes de soif au niveau de ses parties aériennes? Par exemple, est-ce que vous ne trouvez pas que le feuillage est un peu plus retombant que d'habitude? C'est souvent le cas de nombreuses plantes qui atteignent le point de flétrissement. On dit que c'est le moment où la plante ne parvient plus à s'alimenter en eau par ses racines, elle commence donc à utiliser ses réserves et montre alors des signes de stress hydrique. Ce point, quand il est atteint, encourage la plante à développer davantage ses racines pour aller capter la fraîcheur ailleurs, généralement plus bas sous terre. Si vous connaissez bien vos plantes, n'hésitez pas à maintenir quelques instants la plante dans cet état afin de parfaire son système racinaire. En l'endurcissant de cette manière pour lui permettre de devenir plus forte.

Un autre moyen très simple pour estimer la soif de votre plante, c'est de toucher la terre juste en dessous la surface. Si, vous constatez de la fraîcheur après les 5 premiers centimètres du sol, alors vous n'avez normalement pas besoin d'arroser car on comprend qu'il y a encore de l'eau au niveau des racines.

 

Le type de végétaux, un facteur primordial

Un paramètre important pour savoir quand arroser c'est celui de la nature des plantes. Si vous avez un jardin composé d'essences méditerranéennes et que votre jardin est implanté depuis plusieurs années, vous n'avez pas à vous soucier de son arrosage car les végétaux qui composent le jardin sont adaptés à ce climat sec en été.

D'autres plantes comme certaines annuelles, vivaces et autres végétaux inadaptés à la sécheresse vont demander beaucoup plus d'eau du printemps à l'été, surtout si ces plantes sont en fleurs. Il faut alors penser la conception et la disposition du jardin pour que l'arrosage de ces plantes puisse se faire simplement: à proximité du point d'eau. Imaginez-vous tirer 50m de tuyau pour aller arroser vos Arums et vos pensées tout au fond du jardin? Cela tous les jours. Cela deviendra vite pénible, d'où l'intérêt de positionner ensemble les végétaux nécessitant plus d'eau en les regroupant à proximité du lieu d'habitation et/ou du point d'eau pour faciliter leurs bonnes gestions en eau.

 

Les autres facteurs qu'il faut observer

 

D'autres facteurs importants pour déterminer la fréquence d'arrosage de vos végétaux:

  • Pleine terre ou hors-sol?

L'enracinement de votre plante ne sera pas le même si votre plante est dans un sol profond et décompacté ou dans un pot. Veillez donc à vous assurer que la terre au niveau des racines ne devient pas trop sèche.

  • Qualité du sol et du substrat recevant la plante

Si votre sol retient peu l'eau ou que la terre de votre pot se compose exclusivement de terreau tourbeux, attendez-vous à devoir arroser plus souvent vos végétaux si ceux-ci sont, à la base, demandeurs en eau. En effet, de grandes jardinières ou pots, remplis de terreau, retiendront moins l'eau dans le temps, surtout si ils ont connu une période de sécheresse. Réhydrater un terreau qui a séché est parfois compliqué et seul le bassinage permet de redonner une bonne rétention d'eau à votre terreau. Si vous avez déjà fait le constat d'un pot qui drainer tout de suite l'eau que vous lui donniez, alors demandez-vous si le problème ne vient pas de là. Pour remédier à cela, pensez à ajouter de la terre végétale lors de vos plantations hors-sol. Vous pouvez même envisager d'ajouter des hydro-rétenteurs à votre substrat qui se gorgeront d'eau lorsque vous arroserez pour distribuer l'eau progressivement dans le sol.

  • Exposition au soleil et au vent

Une plante transpire plus si elle est soumise au soleil et au vent. Veillez donc à surveiller davantage vos cultures si elles y sont exposé.

  • La période de plantation: un facteur souvent négligé

Lorsque l'on envisage de planter au jardin, on ne soucie pas de la corvée que sera l'arrosage ensuite. Si vous choisissez de planter au jardin, préférez l'automne, période la plus favorable pour la plantation. Cette saison, douce et humide, est moins stressante pour la plante. Elle favorise grandement la reprise racinaire et vous permet de bénéficier d'une plante plus forte lors de la phase cruciale qui décidera de sa survie ou non: l'été. Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter cet article.

 

  • Couverture du sol: le sol est-il nu ou bien paillé?

On dit que la Nature a horreur du vide. En pleine forêt, vous ne verrez jamais un sol nu. C'est pourquoi il est intéressant de couvrir son sol avec du paillage afin de limiter son évaporation et ainsi économiser l'eau.

oya pleine terre
L'Oya est un système d'arrosage passif qui libère progressivement l'eau dans le sol, en fonction des besoins de la plante. Elle permet d'économiser jusqu'à 50% d'eau par rapport à un arrosage manuel de surface.

 

Pourquoi arroser?

Arroser les plantes du jardin est primordial, même dans un jardin sec, les premiers temps qui suivent la plantation. Cela permet aux plantes de venir s'enraciner en profondeur (à condition que l'arrosage soit réalisé correctement) et donc de leur donner plus de résistance pour survivre l'été qui suivra.

Si certains jardins ne nécessitent plus d'eau une fois la première année passée, d'autres nécessiteront la main de l'homme indéfiniment. Imaginez-vous un massif de plantes de terre de bruyère en région Méditerranée? La plupart de ces plantes sont adaptées à un climat froid, une humidité très importante et une fraîcheur au niveau du sol quasi permanente. Autant dire que vouloir de telles plantes dans une région où les étés sont secs relève d'un défi de gestion en eau titanesque. Sans parler du fait que l'eau de notre région est calcaire, ce qui ne convient généralement pas aux plantes acidophiles. S'en suivront alors des carences ferreuses et des chloroses qui fragiliseront la plante au fil du temps. L'exotisme dans un jardin a un prix et le jardinier amateur, séduit par de splendides Rhodendrons, Azalées, Camélias, Hortensias ou Bruyères, a intérêt à ne pas rater l'arrosage de ces plantes, surtout s'il a fait l'erreur de les acheter en fleurs. Car ces plantes, elles, ne manqueront pas de manifester leur malaise à se trouver dans un environnement complètement différent de celui où elles sont endémiques.

Arroser est donc essentiel les premiers temps d'installation de la plante.
Ensuite, cela dépend de la nature de votre plante. Si elle est adaptée, elle n'aura plus besoin d'eau artificielle, et si elle n'est pas adaptée, elle sera toujours nécessiteuse de la main de l'homme pour pouvoir survivre.

N'oubliez pas d'arroser systématiquement vos plantes après la plantation.

 

Comment arroser et à quelle fréquence?

Chaque arrosage doit être copieux mais le plus espacé possible dans le temps. Par exemple, dans un jardin sec, vous allez donner entre 20 et 30L d'eau à chaque plante toutes les 3 semaines. Je vous souhaite d'avoir suffisamment de débit à la sortie de votre tuyau car cela peut prendre du temps de remplir une cuvette d'arrosage avec 30L d'eau.

Astuce pour savoir en combien de temps vous pouvez apporter la quantité d'eau que vous souhaitez: Chronométrez en combien de temps pour parvenez à remplir un arrosoir de 10L et multipliez par 3 cette durée pour savoir combien de temps vous devez arroser chaque plante.

Cette quantité d'eau est suffisante pour arroser en profondeur des plantes de jardin sec.

Pour d'autres plantes qui nécessitent plus d'eau, plus régulièrement, vous serez de sortie bien plus souvent au bout de votre tuyau, notamment en été. Tous les 2 jours minimum en période de sécheresse, si ce n'est pas une fois par jour. Là, vous apporterez peut-être moins d'eau à chaque arrosage mais la fréquence de votre arrosage vous fera consacrer bien plus de temps à votre jardin. Cela dépend de la qualité de votre sol et du volume de votre pot ou jardinière si vous êtes hors-sol.

Pour les plantes en pot et en jardinière: vérifiez d'abord que le fond de votre pot est correctement drainé: billes d'argiles, graviers roulés ou grosses pierres feront l'affaire. Arrosez ensuite jusqu'à refus, c'est à dire jusqu'à ce que vous constatiez que la terre ne parvient plus à assimiler davantage d'eau. Si votre plante est particulièrement demandeuse en eau, renouvelez l'opération une seconde fois, quelques minutes après avoir arrosé à refus.

 

 

arrosage tuyau jardinL'arrosage manuel reste le moyen le plus efficace d'arroser correctement son jardin quand il le nécessite



F.A.Q

Les plantes en hiver ont-elles besoin d'eau?
Si les plantes en période hivernale transpirent peu et que leur activité aérienne est fortement réduite, quelques épisodes d'ensoleillement prolongé et un vent sec, peuvent assécher votre plante. Si votre plante est adaptée à la région dans laquelle elle est implantée, pas besoin d'arroser. En revanche, si votre plante a été récemment installée ou qu'elle n'est pas adaptée, pensez à l'arroser une fois par mois si vous constatez des signes de stress hydrique. Attention toutefois à ne pas confondre un excès d'eau avec un manque d'eau. Les signes sont parfois similaires. Assurez-vous en touchant le sol autour de la plante, qu'il s'agit bien d'un manque d'eau. Si le sol est sec, vous pouvez arroser. Le mieux au jardin, c'est parfois de laisser faire.

Est-ce qu'il est utile de vaporiser une plante à l'extérieur?
Il existe surement des plantes exotiques qui réclament une forte hygrométrie. Si c'est le cas, une vaporisation peut être bénéfique. Néanmoins, l'évaporation à l'extérieur est très rapide et n'aura un effet que très temporaire. Est-ce que cela sera vraiment utile à la plante? Je pense qu'il vaut mieux privilégier l'humidification du feuillage pour les plantes d'intérieur qui le nécessitent. Pensez à surveiller l'apparition de parasites tels que l'araignée rouge, cochenille ou pucerons car l'humidité est parfois un facteur favorisant leur apparition.

Est-ce qu'un système de goutte à goutte dans mon jardin suffit à l'arroser correctement?
Oui, mais gardez en tête que le goutte à goutte entretien un système racinaire superficiel car la faible irrigation de surface permise par le goutte à goutte n'invite pas la plante à s'enraciner en profondeur. De ce fait, si votre système tombe en panne ou que le réglage est insuffisant, au premier coup de chaud, c'est la mort assurée pour votre plante. De plus, certaines plantes nécessitent plus d'eau en été et d'autres par du tout. C'est le cas de la lavande, le romarin, les cistes et d'autres nombreuses plantes typiquement méditerranéennes. Si vous les arrosez en été, c'est tout ce qu'il faut pour leur faire attraper le phytophthora, champignon se fixant au collet de la plante et entraînant la mort de la plante en quelques semaines.

L'arrosage de mon gazon arrose également les massifs qui l'entoure, est-ce que cet arrosage est efficace?
Tout comme le goutte à goutte, l'arrosage d'un gazon est fait pour venir irriguer les racines superficielles des graminées du gazon. L'arrosage se fait donc sur quelques centimètres sous la surface du sol. C'est insuffisant pour les plantes arbustives et les plantes des massifs qui sont enracinées plus profondément. En plus de mouiller votre feuillage ce qui peut être nuisible pour vos plantes, vous entretenez donc un système racinaire de surface qui ne tiendra pas le choc lorsqu'un épisode de forte chaleur viendra naturellement sélectionner les plantes les plus fragiles.

 

Existe-t-il des plantes ne nécessitant pas d'eau du tout?
Certaines plantes ne nécessitent pas d'arrosage du tout car elles ont su évoluer et mettre en place des stratégies qui leur permettent de se passer d'eau pendant de très longues périodes. C'est le cas des plantes grasses, des cactées mais aussi de nombreuses plantes méditerranéennes et de climat désertique. Cependant, lors d'une plantation, la règle de l'arrosage de plantation est applicable à toutes les plantes en ajustant la quantité d'eau à la plante dont il est question. Il est évident que si vous plantez un cactus dans votre jardin, vous n'allez pas lui envoyer 30L d'eau à sa plantation. Quelques litres suffiront amplement.

Mes plantes ont besoin d'eau mais que puis-je faire pour les arroser moins souvent?
Commencez par améliorer votre sol, que ce soit en pot ou en pleine terre, un sol composé exclusivement de terreau ne retiendra pas l'eau longtemps, surtout s'il a connu une période de sécheresse. Utilisez de la terre végétale en majorité et complétez éventuellement avec un peu de terreau. Ensuite, assurez-vous que le trou de plantation est suffisamment décompacté autour de la plante afin qu'elle puisse rapidement s'enraciner en profondeur. Le paillage du sol est un bon choix pour les plantes qui nécessitent de l'eau. Un tapis de feuilles sèches fonctionne bien, de l'herbe coupée ou encore un paillage minéral d'au moins 10 cm d'épaisseur, auront tous un rôle bénéfique sur la fréquence d'arrosage de vos plantes. Il existe aussi le système de l'Oya qui convient pour les pots ou pour la pleine terre. Cette poterie poreuse enterrée au pied de la plante permet de diminuer les arrosages de 50% en moyenne. Enfin, vous pouvez essayer l'utilisation d'hydro-rétenteurs qui permettront à votre sol de retenir une quantité d'eau qui sera libérée progressivement une fois que le sol commencera à s'assécher.

Est-ce que l'eau calcaire de la région est néfaste pour mes plantes?
Si vos plantes aiment les sols calcaires, de l'eau calcaire d'arrosage ne leur fera pas de mal. En revanche, si vos plantes sont acidophiles, vous vous exposez, à termes, à des phénomènes de carences ferreuses se traduisant par des chloroses sur les feuilles. Pour cela, optez pour l'arrosage via un récupérateur d'eau de pluie.
Pour les plantes à pH neutre, l'eau calcaire ne cause généralement pas de problème. Cependant, le chlore présent dans l'eau de ville, peut parfois être néfaste pour certaines plantes.

 

Est-ce que la pluie remplace l'arrosage du jardin?
S'il s'agit d'une pluie battante de plusieurs dizaines de millimètres d'eau par m², on peut estimer que vous n'aurez pas à arroser vous-même votre jardin tout de suite. Pour les plantes en pot c'est différent car le feuillage abrite généralement la surface du pot, ce qui peut gêner l'infiltration de l'eau dans le pot. Vérifiez après l'épisode pluvieux, que votre terre a été correctement hydratée pour juger s'il faut arroser ou pas.

Est-ce que arroser le feuillage de ma plante est utile?
Non, surtout si vous arrosez en pleine journée, ce qui n'est pas recommandé. Si vous arrosez le feuillage de votre plante, vous risquez de développer des champignons et des maladies en plus de causer des brûlures dues à la présence de chlore dans l'eau de ville. Le calcaire est susceptible de boucher les stomates de vos feuilles, ce qui peut l'asphyxier à termes. Arroser le feuillage d'une plante avec son jet d'eau n'est recommandé que si vous souhaitez évincer les parasites qui se seraient visiblement fixés dessus. Là encore, l'effet est limité car vous ne traitez pas la cause du problème...

 


tuyère arrosage gazonL'arrosage du gazon est adapté... au gazon. Même si vous faites le choix d'avoir un véritable gazon dans le sud de la France, son arrosage ne vous permet par d'arroser correctement les autres plantes du jardin

 

 

Conclusion

L'arrosage du jardin, même s'il peut paraître évidemment simple, reste tout de même une tâche technique importante pour l'entretien du jardin. Les arrosages quotidiens qui ne confèrent que quelques litres d'eau à vos plantes, sont à réserver aux annuelles et plantes nécessitant beaucoup d'eau. Pour les autres, c'est un arrosage copieux et espacé dans le temps qu'il faut réaliser. Dans tous les cas, le choix des végétaux, la conception de votre jardin et la qualité de votre sol sont les facteurs essentiels qui vous garantiront une gestion en eau optimale.

Ne préférez-vous pas passer quelques instants à contempler votre jardin plutôt que de passer des heures voire des jours chaque année, à maintenir votre jardin sous perfusion en l'arrosant?

 

EURL De la graine au jardin  Montpellier (34 - Hérault) Siret n°: 88128837700024 - E.U.R.L. au capital de 3000€

au fil des saisons... De la graine au jardin