EURL De la graine au jardin  Montpellier (34 - Hérault) Siret n°: 88128837700024 - E.U.R.L. au capital de 3000€

EURL De la graine au jardin

Montpellier (34 - Hérault)
Siret n°: 88128837700024
Société au capital de 3000€

le blog

au fil des saisons... De la graine au jardin

1 2 Alternatives biologiques Arrosage Biodiversité Innovation Le jardin au fil des saisons Végétaux Sol: structure et texture

"Cette plante est jolie, je lui trouverai bien une place, quelque part au jardin"

10/09/2021

"Cette plante est jolie, je lui trouverai bien une place, quelque part au jardin"

Avez-vous déjà flashé sur une plante à l'aspect flamboyant, bien mis en avant en tête de gondole de votre jardinerie préférée? Vous avez été séduit par son aspect, sa couleur vive qui appelle l’œil et sa floraison qui était à son climax. C'est le printemps, alors vous avez cédé. Pourtant, vous ne saviez pas encore quelle place lui donner. Alors, pour vous donner bonne conscience, vous vous êtes dit que vous lui trouverez bien une place, quelque part dans un coin de votre jardin. Vous regardez brièvement son nom, le nom latin de cette plante ne vous évoque pas grand chose mais son nom français vous séduit. Vous vous dites que vous allez la choyer, l'arroser comme il faut et l'entretenir pour qu'elle tienne.

Bien-sûr, vous aimez les plantes et celle-ci vous a particulièrement marqué, comme si elle vous appelait pour que vous la rameniez chez vous et que vous la plantiez. Ça y est, vous l'avez adoptée.


Fleur insecte

Les fleurs les moins complexes sont souvent les plus prisées des insectes pollinisateurs. Pourquoi ne pas choisir votre plante en fonction de ses facultés à attirer ces insectes qui assurent 80% de la reproduction des plantes?

 

 

Seulement voilà, comme dans beaucoup de cas, vous ne vous êtes pas suffisamment renseigné sur les conditions climatiques, de culture, de sol et d'exposition de votre nouvelle plante. Ou du moins, vous les avez sciemment occultées. Alors, de retour chez vous, vous commencez à l'installer dans un endroit où vous tenez absolument qu'elle soit. Mais savez-vous si elle pourra tenir ici? Nous sommes au mois de mai. Vous apprenez que la plante nécessite beaucoup d'eau. Cela risque d'être compliqué pour cette plante de développer un système racinaire en l'espace d'un mois qui la rende suffisamment forte pour traverser l'été sans encombre. C'est dommage quand on sait qu'il existe tout un panel de plantes méditerranéennes qui supporte le manque d'eau, notamment en été. Celle-ci est une plante acidophile, endémique des steppes de Sibérie. Manque de chance, vous êtes en sol argilo-calcaire en région méditerranéenne. La plante risque d'avoir du mal à se développer correctement. Au mieux, elle végètera et au premier coup de stress: rideau!

Dans l'autre cas, vous ne saviez pas que cette plante avait un potentiel invasif car elle se ressème ou bien trace à toute vitesse dans l'ensemble du jardin sans que vous ne puissiez l'arrêter. C'est le cas de certaines Stipa, de l'Erigeron, du lierre, du bambou doré ou de certains arbres aux papillons qui se disséminent rapidement dans le jardin quand les conditions y sont favorables. Peut-être auriez-vous préféré une variété stérile (dont les graines ne germent pas) ou une autre espèce du même genre qui, elle, ne se propage pas dans tout le jardin? Laisser une plante se répandre volontairement dans tout le jardin peut-être une stratégie pour végétaliser rapidement l'espace. Néanmoins, vous vous exposez à libérer dans la nature, des plantes non-endémiques qui seront susceptibles de remplacer d'autres plantes pionnières et donc de perturber l'équilibre naturel de l'écosystème. C'est aussi de cette façon que certaines plantes venues d'ailleurs sont aujourd'hui devenues des menaces pour les paysages naturels et ceux qui y vivent. C'est à elles seules que l'on devrait attribuer le nom de "mauvaises herbes".

Un exemple concret: le bambou doré (Phyllostachys aurea)
A la mode depuis plusieurs années dans les jardins, appréciée des jardiniers amateurs et des paysagistes pour sa croissance rapide et sa faculté à s'adapter dans de nombreuses situations, le bambou doré est une espèce de graminée qui devient rapidement hors de contrôle si elle n'est pas installée avec une barrière anti-rhizomes. C'est une sorte d'épaisse bâche en plastique rigide qui permet d'empêcher la plante de se propager au-delà de la barrière. Cette bâche n'est pas à l'épreuve de tout et ne vous garanti pas que le bambou n'ira jamais se développer au-delà.
Aujourd'hui, le bambou perd de son succès car les jardiniers non-initiés, amateurs et paysagistes, se sont rendus compte du calvaire que pouvait représenter cette plante au bout de quelques années. Le bambou doré est un exemple de plante qui, par sa croissance et son adaptabilité, peut devenir menaçant pour les autres plantes, endommager des structures, envahir les jardins et, à termes, modifier le paysage global. Il convient donc de bien se renseigner avant d'acheter une plante car quand il faut faire machine arrière après plusieurs années, l'addition est souvent salée.

 


Erigeron de KarvinskyErigeron karvinskianus ou vergerette de Karvinsky, est une plante vivace qui s'adapte dans de nombreuses situations. Son potentiel de germination est élevé ce qui lui permet parfois de s'échapper des jardins.

 

Gaura blanc pur en fleurs

Gaura hybride blanche. Toutes les Gauras ne se ressèment pas. Renseignez-vous sur les caractéristiques de la plante que vous envisagez d'acheter

 

 

Ne vous laissez pas avoir par les "beaux packagings" que proposent certaines plantes. Commencez par repérer un endroit où vous aimeriez y planter quelque chose, rendez-vous compte de l'espace dont vous disposez pour que cette plante n'aille pas chatouiller ses voisines et, alors seulement, rendez-vous chez votre pépiniériste avec ces données. Une fois les conseils recueillis auprès du pépiniériste, n'hésitez pas à croiser ses propos avec des sources sur internet, avis et commentaires sur la dite plante. Vérifiez bien ses dimensions à l'âge adulte car si elle se plaît, vous risquez d'avoir des surprises sur ses proportions et vous devrez la tailler beaucoup plus souvent. Voire même l'abattre comme on le voit souvent dans les jardins avec des arbres devenus dangereux, plantés trop près des maisons par exemple.

De manière générale, ne vous précipitez pas et suivez le chemin dans le bon sens: de quoi disposez vous (sol, exposition, climat, temps, eau, place)? Alors seulement, choisissez une plante qui convienne à l'ensemble de ces paramètres.


Oranger du Mexique

L'Oranger du Mexique est une plante rustique et vigoureuse. Ses dimensions à taille adulte sont souvent sous-estimées


 

Sauge lavandeSauge à feuilles de lavande. Cette plante ne nécessite pas d'attention particulière hormis une taille éventuelle chaque année pour maintenir un port compact. Ses dimensions lui permettent de s'adapter même dans de petits jardins au sol calcaire

 

Vous ne direz plus que vous n'avez pas la main verte car vous avez observé avant d'acheter et non l'inverse.

 

 

 

Comment bien arroser son jardin?

03/08/2021

Comment bien arroser son jardin?

Bien arroser son jardin

L'arrosage au jardin est primordial, surtout la première année et après la plantation. Mais alors, comment gérer correctement l'arrosage de son jardin sans dépenser trop d'eau? Existe-t-il des techniques pour arroser plus efficacement son jardin et ses plantes en pots? Quand doit-on arroser? Quelle quantité, quelle fréquence? La pluie suffit-elle à arroser? Est-ce que l'eau du robinet, en région Méditerranée, est bonne pour les végétaux? Est-ce qu'un système de goutte à goutte suffit à arroser correctement les plantes? C'est à toutes ces questions que nous allons tenter de répondre maintenant.



Quand arroser?

Il n'existe pas de formule magique pour savoir quand arroser ses plantes. En fait, il faut d'abord observer la plante. Est-ce qu'elle montre des signes de soif au niveau de ses parties aériennes? Par exemple, est-ce que vous ne trouvez pas que le feuillage est un peu plus retombant que d'habitude? C'est souvent le cas de nombreuses plantes qui atteignent le point de flétrissement. On dit que c'est le moment où la plante ne parvient plus à s'alimenter en eau par ses racines, elle commence donc à utiliser ses réserves et montre alors des signes de stress hydrique. Ce point, quand il est atteint, encourage la plante à développer davantage ses racines pour aller capter la fraîcheur ailleurs, généralement plus bas sous terre. Si vous connaissez bien vos plantes, n'hésitez pas à maintenir quelques instants la plante dans cet état afin de parfaire son système racinaire. En l'endurcissant de cette manière pour lui permettre de devenir plus forte.

Un autre moyen très simple pour estimer la soif de votre plante, c'est de toucher la terre juste en dessous la surface. Si, vous constatez de la fraîcheur après les 5 premiers centimètres du sol, alors vous n'avez normalement pas besoin d'arroser car on comprend qu'il y a encore de l'eau au niveau des racines.

 

Le type de végétaux, un facteur primordial

Un paramètre important pour savoir quand arroser c'est celui de la nature des plantes. Si vous avez un jardin composé d'essences méditerranéennes et que votre jardin est implanté depuis plusieurs années, vous n'avez pas à vous soucier de son arrosage car les végétaux qui composent le jardin sont adaptés à ce climat sec en été.

D'autres plantes comme certaines annuelles, vivaces et autres végétaux inadaptés à la sécheresse vont demander beaucoup plus d'eau du printemps à l'été, surtout si ces plantes sont en fleurs. Il faut alors penser la conception et la disposition du jardin pour que l'arrosage de ces plantes puisse se faire simplement: à proximité du point d'eau. Imaginez-vous tirer 50m de tuyau pour aller arroser vos Arums et vos pensées tout au fond du jardin? Cela tous les jours. Cela deviendra vite pénible, d'où l'intérêt de positionner ensemble les végétaux nécessitant plus d'eau en les regroupant à proximité du lieu d'habitation et/ou du point d'eau pour faciliter leurs bonnes gestions en eau.

 

Les autres facteurs qu'il faut observer

 

D'autres facteurs importants pour déterminer la fréquence d'arrosage de vos végétaux:

  • Pleine terre ou hors-sol?

L'enracinement de votre plante ne sera pas le même si votre plante est dans un sol profond et décompacté ou dans un pot. Veillez donc à vous assurer que la terre au niveau des racines ne devient pas trop sèche.

  • Qualité du sol et du substrat recevant la plante

Si votre sol retient peu l'eau ou que la terre de votre pot se compose exclusivement de terreau tourbeux, attendez-vous à devoir arroser plus souvent vos végétaux si ceux-ci sont, à la base, demandeurs en eau. En effet, de grandes jardinières ou pots, remplis de terreau, retiendront moins l'eau dans le temps, surtout si ils ont connu une période de sécheresse. Réhydrater un terreau qui a séché est parfois compliqué et seul le bassinage permet de redonner une bonne rétention d'eau à votre terreau. Si vous avez déjà fait le constat d'un pot qui drainer tout de suite l'eau que vous lui donniez, alors demandez-vous si le problème ne vient pas de là. Pour remédier à cela, pensez à ajouter de la terre végétale lors de vos plantations hors-sol. Vous pouvez même envisager d'ajouter des hydro-rétenteurs à votre substrat qui se gorgeront d'eau lorsque vous arroserez pour distribuer l'eau progressivement dans le sol.

  • Exposition au soleil et au vent

Une plante transpire plus si elle est soumise au soleil et au vent. Veillez donc à surveiller davantage vos cultures si elles y sont exposé.

  • La période de plantation: un facteur souvent négligé

Lorsque l'on envisage de planter au jardin, on ne soucie pas de la corvée que sera l'arrosage ensuite. Si vous choisissez de planter au jardin, préférez l'automne, période la plus favorable pour la plantation. Cette saison, douce et humide, est moins stressante pour la plante. Elle favorise grandement la reprise racinaire et vous permet de bénéficier d'une plante plus forte lors de la phase cruciale qui décidera de sa survie ou non: l'été. Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter cet article.

 

  • Couverture du sol: le sol est-il nu ou bien paillé?

On dit que la Nature a horreur du vide. En pleine forêt, vous ne verrez jamais un sol nu. C'est pourquoi il est intéressant de couvrir son sol avec du paillage afin de limiter son évaporation et ainsi économiser l'eau.

oya pleine terre
L'Oya est un système d'arrosage passif qui libère progressivement l'eau dans le sol, en fonction des besoins de la plante. Elle permet d'économiser jusqu'à 50% d'eau par rapport à un arrosage manuel de surface.

 

Pourquoi arroser?

Arroser les plantes du jardin est primordial, même dans un jardin sec, les premiers temps qui suivent la plantation. Cela permet aux plantes de venir s'enraciner en profondeur (à condition que l'arrosage soit réalisé correctement) et donc de leur donner plus de résistance pour survivre l'été qui suivra.

Si certains jardins ne nécessitent plus d'eau une fois la première année passée, d'autres nécessiteront la main de l'homme indéfiniment. Imaginez-vous un massif de plantes de terre de bruyère en région Méditerranée? La plupart de ces plantes sont adaptées à un climat froid, une humidité très importante et une fraîcheur au niveau du sol quasi permanente. Autant dire que vouloir de telles plantes dans une région où les étés sont secs relève d'un défi de gestion en eau titanesque. Sans parler du fait que l'eau de notre région est calcaire, ce qui ne convient généralement pas aux plantes acidophiles. S'en suivront alors des carences ferreuses et des chloroses qui fragiliseront la plante au fil du temps. L'exotisme dans un jardin a un prix et le jardinier amateur, séduit par de splendides Rhodendrons, Azalées, Camélias, Hortensias ou Bruyères, a intérêt à ne pas rater l'arrosage de ces plantes, surtout s'il a fait l'erreur de les acheter en fleurs. Car ces plantes, elles, ne manqueront pas de manifester leur malaise à se trouver dans un environnement complètement différent de celui où elles sont endémiques.

Arroser est donc essentiel les premiers temps d'installation de la plante.
Ensuite, cela dépend de la nature de votre plante. Si elle est adaptée, elle n'aura plus besoin d'eau artificielle, et si elle n'est pas adaptée, elle sera toujours nécessiteuse de la main de l'homme pour pouvoir survivre.

N'oubliez pas d'arroser systématiquement vos plantes après la plantation.

 

Comment arroser et à quelle fréquence?

Chaque arrosage doit être copieux mais le plus espacé possible dans le temps. Par exemple, dans un jardin sec, vous allez donner entre 20 et 30L d'eau à chaque plante toutes les 3 semaines. Je vous souhaite d'avoir suffisamment de débit à la sortie de votre tuyau car cela peut prendre du temps de remplir une cuvette d'arrosage avec 30L d'eau.

Astuce pour savoir en combien de temps vous pouvez apporter la quantité d'eau que vous souhaitez: Chronométrez en combien de temps pour parvenez à remplir un arrosoir de 10L et multipliez par 3 cette durée pour savoir combien de temps vous devez arroser chaque plante.

Cette quantité d'eau est suffisante pour arroser en profondeur des plantes de jardin sec.

Pour d'autres plantes qui nécessitent plus d'eau, plus régulièrement, vous serez de sortie bien plus souvent au bout de votre tuyau, notamment en été. Tous les 2 jours minimum en période de sécheresse, si ce n'est pas une fois par jour. Là, vous apporterez peut-être moins d'eau à chaque arrosage mais la fréquence de votre arrosage vous fera consacrer bien plus de temps à votre jardin. Cela dépend de la qualité de votre sol et du volume de votre pot ou jardinière si vous êtes hors-sol.

Pour les plantes en pot et en jardinière: vérifiez d'abord que le fond de votre pot est correctement drainé: billes d'argiles, graviers roulés ou grosses pierres feront l'affaire. Arrosez ensuite jusqu'à refus, c'est à dire jusqu'à ce que vous constatiez que la terre ne parvient plus à assimiler davantage d'eau. Si votre plante est particulièrement demandeuse en eau, renouvelez l'opération une seconde fois, quelques minutes après avoir arrosé à refus.

 

 

arrosage tuyau jardinL'arrosage manuel reste le moyen le plus efficace d'arroser correctement son jardin quand il le nécessite



F.A.Q

Les plantes en hiver ont-elles besoin d'eau?
Si les plantes en période hivernale transpirent peu et que leur activité aérienne est fortement réduite, quelques épisodes d'ensoleillement prolongé et un vent sec, peuvent assécher votre plante. Si votre plante est adaptée à la région dans laquelle elle est implantée, pas besoin d'arroser. En revanche, si votre plante a été récemment installée ou qu'elle n'est pas adaptée, pensez à l'arroser une fois par mois si vous constatez des signes de stress hydrique. Attention toutefois à ne pas confondre un excès d'eau avec un manque d'eau. Les signes sont parfois similaires. Assurez-vous en touchant le sol autour de la plante, qu'il s'agit bien d'un manque d'eau. Si le sol est sec, vous pouvez arroser. Le mieux au jardin, c'est parfois de laisser faire.

Est-ce qu'il est utile de vaporiser une plante à l'extérieur?
Il existe surement des plantes exotiques qui réclament une forte hygrométrie. Si c'est le cas, une vaporisation peut être bénéfique. Néanmoins, l'évaporation à l'extérieur est très rapide et n'aura un effet que très temporaire. Est-ce que cela sera vraiment utile à la plante? Je pense qu'il vaut mieux privilégier l'humidification du feuillage pour les plantes d'intérieur qui le nécessitent. Pensez à surveiller l'apparition de parasites tels que l'araignée rouge, cochenille ou pucerons car l'humidité est parfois un facteur favorisant leur apparition.

Est-ce qu'un système de goutte à goutte dans mon jardin suffit à l'arroser correctement?
Oui, mais gardez en tête que le goutte à goutte entretien un système racinaire superficiel car la faible irrigation de surface permise par le goutte à goutte n'invite pas la plante à s'enraciner en profondeur. De ce fait, si votre système tombe en panne ou que le réglage est insuffisant, au premier coup de chaud, c'est la mort assurée pour votre plante. De plus, certaines plantes nécessitent plus d'eau en été et d'autres par du tout. C'est le cas de la lavande, le romarin, les cistes et d'autres nombreuses plantes typiquement méditerranéennes. Si vous les arrosez en été, c'est tout ce qu'il faut pour leur faire attraper le phytophthora, champignon se fixant au collet de la plante et entraînant la mort de la plante en quelques semaines.

L'arrosage de mon gazon arrose également les massifs qui l'entoure, est-ce que cet arrosage est efficace?
Tout comme le goutte à goutte, l'arrosage d'un gazon est fait pour venir irriguer les racines superficielles des graminées du gazon. L'arrosage se fait donc sur quelques centimètres sous la surface du sol. C'est insuffisant pour les plantes arbustives et les plantes des massifs qui sont enracinées plus profondément. En plus de mouiller votre feuillage ce qui peut être nuisible pour vos plantes, vous entretenez donc un système racinaire de surface qui ne tiendra pas le choc lorsqu'un épisode de forte chaleur viendra naturellement sélectionner les plantes les plus fragiles.

 

Existe-t-il des plantes ne nécessitant pas d'eau du tout?
Certaines plantes ne nécessitent pas d'arrosage du tout car elles ont su évoluer et mettre en place des stratégies qui leur permettent de se passer d'eau pendant de très longues périodes. C'est le cas des plantes grasses, des cactées mais aussi de nombreuses plantes méditerranéennes et de climat désertique. Cependant, lors d'une plantation, la règle de l'arrosage de plantation est applicable à toutes les plantes en ajustant la quantité d'eau à la plante dont il est question. Il est évident que si vous plantez un cactus dans votre jardin, vous n'allez pas lui envoyer 30L d'eau à sa plantation. Quelques litres suffiront amplement.

Mes plantes ont besoin d'eau mais que puis-je faire pour les arroser moins souvent?
Commencez par améliorer votre sol, que ce soit en pot ou en pleine terre, un sol composé exclusivement de terreau ne retiendra pas l'eau longtemps, surtout s'il a connu une période de sécheresse. Utilisez de la terre végétale en majorité et complétez éventuellement avec un peu de terreau. Ensuite, assurez-vous que le trou de plantation est suffisamment décompacté autour de la plante afin qu'elle puisse rapidement s'enraciner en profondeur. Le paillage du sol est un bon choix pour les plantes qui nécessitent de l'eau. Un tapis de feuilles sèches fonctionne bien, de l'herbe coupée ou encore un paillage minéral d'au moins 10 cm d'épaisseur, auront tous un rôle bénéfique sur la fréquence d'arrosage de vos plantes. Il existe aussi le système de l'Oya qui convient pour les pots ou pour la pleine terre. Cette poterie poreuse enterrée au pied de la plante permet de diminuer les arrosages de 50% en moyenne. Enfin, vous pouvez essayer l'utilisation d'hydro-rétenteurs qui permettront à votre sol de retenir une quantité d'eau qui sera libérée progressivement une fois que le sol commencera à s'assécher.

Est-ce que l'eau calcaire de la région est néfaste pour mes plantes?
Si vos plantes aiment les sols calcaires, de l'eau calcaire d'arrosage ne leur fera pas de mal. En revanche, si vos plantes sont acidophiles, vous vous exposez, à termes, à des phénomènes de carences ferreuses se traduisant par des chloroses sur les feuilles. Pour cela, optez pour l'arrosage via un récupérateur d'eau de pluie.
Pour les plantes à pH neutre, l'eau calcaire ne cause généralement pas de problème. Cependant, le chlore présent dans l'eau de ville, peut parfois être néfaste pour certaines plantes.

 

Est-ce que la pluie remplace l'arrosage du jardin?
S'il s'agit d'une pluie battante de plusieurs dizaines de millimètres d'eau par m², on peut estimer que vous n'aurez pas à arroser vous-même votre jardin tout de suite. Pour les plantes en pot c'est différent car le feuillage abrite généralement la surface du pot, ce qui peut gêner l'infiltration de l'eau dans le pot. Vérifiez après l'épisode pluvieux, que votre terre a été correctement hydratée pour juger s'il faut arroser ou pas.

Est-ce que arroser le feuillage de ma plante est utile?
Non, surtout si vous arrosez en pleine journée, ce qui n'est pas recommandé. Si vous arrosez le feuillage de votre plante, vous risquez de développer des champignons et des maladies en plus de causer des brûlures dues à la présence de chlore dans l'eau de ville. Le calcaire est susceptible de boucher les stomates de vos feuilles, ce qui peut l'asphyxier à termes. Arroser le feuillage d'une plante avec son jet d'eau n'est recommandé que si vous souhaitez évincer les parasites qui se seraient visiblement fixés dessus. Là encore, l'effet est limité car vous ne traitez pas la cause du problème...

 


tuyère arrosage gazonL'arrosage du gazon est adapté... au gazon. Même si vous faites le choix d'avoir un véritable gazon dans le sud de la France, son arrosage ne vous permet par d'arroser correctement les autres plantes du jardin

 

 

Conclusion

L'arrosage du jardin, même s'il peut paraître évidemment simple, reste tout de même une tâche technique importante pour l'entretien du jardin. Les arrosages quotidiens qui ne confèrent que quelques litres d'eau à vos plantes, sont à réserver aux annuelles et plantes nécessitant beaucoup d'eau. Pour les autres, c'est un arrosage copieux et espacé dans le temps qu'il faut réaliser. Dans tous les cas, le choix des végétaux, la conception de votre jardin et la qualité de votre sol sont les facteurs essentiels qui vous garantiront une gestion en eau optimale.

Ne préférez-vous pas passer quelques instants à contempler votre jardin plutôt que de passer des heures voire des jours chaque année, à maintenir votre jardin sous perfusion en l'arrosant?

 

Une haie de biodiversité

07/04/2021

Une haie de biodiversité

Qu’est-ce qu’une haie ?

Une haie est une structure linéaire faite de végétal plus ou moins haut (arbres, arbustes, arbrisseaux) et qui permet de délimiter un emplacement.

Historiquement, les haies furent utilisées comme moyen défensif militaire afin de forcer l’ennemi à ralentir ou à les contourner. Plus tard, la bourgeoisie se l’est appropriée comme moyen de délimiter ses propres terres.
En parallèle, les paysans mirent en place des systèmes de bocages qui leur permettait par un moyen végétal, d’implanter des haies champêtres, permettant ainsi de délimiter les surfaces tout en proposant un refuge pour la biodiversité : la haie champêtre.
De nos jours, les haies de bocages ont fortement disparues ou transformées en haies néo-bocage qui ne contiennent que peu de biodiversité. Cela est dû à la mécanisation ainsi qu’à la rationalisation de l’agriculture intensive qui ne propose désormais qu’un intérêt écologique faible. Simple barrière verte ne contenant que peu de biodiversité.

 

 

A quoi sert une haie dans un jardin ?

Une haie, dans un jardin, sert généralement à délimiter le terrain et à occulter le vis-à-vis. On dit souvent « Pour vivre heureux, vivons cachés » et c’est cette phrase que beaucoup de propriétaires souhaitent appliquer dans leurs jardins.
La haie a donc pour fonction de cacher. Les haies des jardins dans les années 70 et 80 étaient souvent choisies pour le côté fortement occultant avec des arbres résineux comme le cyprès ou le thuya. Bon nombre de ces haies commencent aujourd’hui à disparaître car l’ancienneté, la taille des parcelles et le paramètre monospécifique de ces haies ne correspondent plus aux enjeux actuels.

 

haie bocagère - biodiversité jardin

Exemple d'un paysage bocager. Les bocages, façonnés par l'homme, permettent de délimiter les parcelles agricoles en servant de relai (trame verte) pour la faune


Pourquoi une haie composée d’une seule espèce n’est pas écologiquement viable ?

Si vous souhaitez ou détenez une haie monospécifique, vous vous exposez à deux paramètres majeurs qui pourront faire que votre haie ne vive pas longtemps dans votre jardin.
D’abord, l’aspect monospécifique (1 seule espèce composant votre haie) bien qu’il vous permette de parfaitement maîtriser la hauteur et l’entretien de votre haie, sera fortement vulnérable lors d’une attaque de parasite ou de champignon. C’est la raison pour laquelle, les haies de Thuyas, foudroyées par le Phytophtora (Phytophthora cinnamomi) provoque une pourriture du collet de la plante ainsi qu’un roussissement soudain et progressif du Thuya. Incurable par des techniques phytosanitaires "saines", le champignon condamne généralement la haie en quelques années sans que le jardinier ne puisse rien y faire.
Le cyprès, souvent utilisé en haie dans les jardins, est parfois attaqué par l’araignée rouge, petit acarien provoquant un assèchement des écailles de la plante. Là encore, traiter une haie d’une moyenne ou grande ampleur, relève d’un défi titanesque que peu de jardiniers réussiront. Si le parasite est apparu une fois, il reviendra car la plante vieillit et s’affaiblit, la rendant ainsi plus vulnérable aux attaques au fil du temps.
Nous comprenons donc que si un parasite, qu’il soit champignon, acarien ou insecte, sera ravi de trouver une seule et même espèce sur son lieu d’implantation car il est sûr de pouvoir s’y reproduire facilement tant les réserves de nourriture sont immenses.

En plus de ne proposer qu’une seule espèce, vulnérable aux maladies, les haies monospécifiques sont également une réserve de biomasse peu étayée car elles ne vont abriter qu’un certain type de faune et de flore en son sein.

Il y a donc un intérêt à réfléchir et à concevoir un « plan de haie » afin de limiter les dégâts dans le futur. Quoi de plus navrant et coûteux de devoir arracher 50 mètres linéaires de haie au bout de quelques années quand on sait le temps que cela a pris à planter et à entretenir ?

 

haie monospécifique jardinHaie monospécifique dans un jardin. Même si ce type de haie garanti une bonne occultation, elle n'est pas à l'abri d'une attaque parasitaire qui aurait des conséquences phytosanitaires sur l'ensemble de la haie, composée d'une seule espèce.

 

 

Qu'est-ce qu'une haie mixte?

Une haie mixte reprend les mêmes principes d'une haie classiques tout en apportant une diversité végétale et faunistique plus riche composée d'au moins 2 espèces végétales différentes, caduques ou persistantes.

La haie mixte propose une richesse de biodiversité bien plus importante qu’une haie monospécifique car, en agrandissant le panel des plantes qu’on y installe, elle devient le refuge d’une nature qui va s’installer progressivement et s’équilibrer, limitant le risque parasitaire.
Et si quelques parasites se développent, ils n’attaqueront pas l’ensemble de votre haie car ils ne sont pas « adaptés » à tous les végétaux.
Associée à une bonne gestion de votre haie : taille raisonnée, époque, période de floraison et de nidification considérées, vous permettrez ainsi à votre haie de durer bien plus longtemps qu’une haie classique, composée d’une seule essence. Et vous profiterez d’une haie qui sera bien plus dynamique esthétiquement et écologiquement car votre œil ne s’en lassera pas. Surtout si vous y plantez des espèces caduques, aux feuillages changeants, à l’écorce remarquable.

 

oiseau jardin biodiversité

Les oiseaux sont une source de lutte biologique naturelle contre les ravageurs du jardin. Planter des haies qui puissent leur permettre de nidifier permettent donc de lutter contre certains parasites du jardin

 

 

chenille parasite jardin biodiversité

Certaines chenilles défoliatrices font des ravages sur les cultures du jardin. Leur population peut être régulée par la présence d'une faune prédatrice favorisée par une haie mixte

 

 

 

Quelles haies mixtes pour mon jardin ?


A condition de vérifier les paramètres du sol, votre climat et votre exposition, pour être sûr que votre haie se développe correctement, voici quelques exemples de haies mixtes qui peuvent être envisagées dans les jardins :

Haie « moderne » persistante :
Eleagnus x ebbingei – Photinia x fraseri ‘Red Robin’ – Pistacia lentiscus – Arbutus unedo – Ligustrum japonicum ‘Texanum’

Haie champêtre caduque :
Acer campestris – Rosa canina – Crataegus monogyna – Sorbus aucuparia – Carpinus betulus

Haie moitié persistante, moitié caduque :
Prunus lusitanica – Buddleja davidii – Eleagnus x ebbingei – Photinia x fraseri ‘Red Robin’ – Spiraea thunbergii – Abelia x grandiflora

 

 

 

Conclusion


En conclusion, nous voyons qu’il existe des moyens plus viables d’envisager une haie dans son jardin. De toute évidence, les haies monospécifiques sont vouées à disparaître car ça n’est pas un système qui fonctionne sur la durée. Les enjeux écologiques actuels, le souhait des particuliers de vouloir s’abriter du regard de ses voisins ainsi le coût que peut représenter l’arrachage et la plantation d’une nouvelle haie devraient nous inciter à davantage réfléchir à la fonction primaire de la haie : celle d’accueillir plus de biodiversité afin qu’elle puisse limiter le développement de parasites néfastes pour les plantations du jardin.

Un jardin sans arrosage

18/01/2021

Un jardin sans arrosage

Qu’est-ce qu’un jardin sans arrosage ?

Un jardin sans arrosage est un espace vert cultivé par l’Homme qui ne nécessite, une fois que les plantes sont installées, aucun arrosage artificiel. Plus besoin de passer de longues minutes (heures) au bout de votre tuyau d’arrosage à réhydrater la terre et les végétaux en profondeur. Plus besoin non plus d’un coûteux et complexe système de goutte à goutte ni même d’Oyas (en savoir plus sur les Oyas) enterrées pour pouvoir faire vivre votre jardin et notamment pour le faire tenir bon l’été quand il fait particulièrement chaud et que les pluies se font rares. Le jardin sans arrosage c’est avant tout une réflexion en amont de la plantation, au moment de la conception du jardin. Il consiste à préparer un sol relativement bien drainé, adapté aux végétaux de sols secs et drainés. Le jardin sans arrosage, en plus d’assurer la tranquillité du jardinier quand il fait chaud, lui permet aussi de bénéficier d’un entretien réduit de son jardin tout au long de l’année. Il convient pourtant de respecter certaines règles qui sont propres au jardin sans arrosage.

 

Ciste de Montpellier - plante méditerranéenne

Ciste de Montpellier - (Cistus monspeliensis) est bien adapté aux jardins sans arrosage du sud de la France

 


Pourquoi un jardin sans arrosage ?

En région méditerranéenne, les hivers sont généralement doux et les étés de plus en plus chauds et secs. La canicule de 2019 a provoqué beaucoup de pertes dans les jardins et les espaces verts en général. Certaines plantes ont été brûlées instantanément tant l’air ambiant était chaud. D’autres fragilisées, ont d’abord résisté en apparence, avant de rendre l’âme l’hiver qui a suivi. De manière générale, c’est une sélection naturelle qui s’opère. Les végétaux adaptés aux climats chauds et secs résistent tandis que les autres meurent car elles ne sont pas à leur place. Le jardin sans arrosage c’est d’abord vouloir adapter son jardin et sa palette végétale aux changements écologiques et climatiques que l’on connaît aujourd’hui. Vient ensuite, l’envie du jardinier de ne plus avoir à se soucier de l’arrosage artificiel de ses plantes tout en continuant de profiter d’un décor végétal esthétique.
Choisir un jardin sans arrosage c’est donc prendre conscience que nos ressources en eau sont limitées et qu’il n’y a aucun sens à arroser à outrance, un jardin, qui n’est pas adapté au milieu dans lequel il a été implanté. En plus d’être couteux pour l’environnement, il est généralement un calvaire pour celui qui en profite : entretien du système d’arrosage automatique, coût d’installation, prix de la consommation d’eau, temps passé à arroser manuellement. Pour quel résultat ?

 


Sauge à petites feuilles - arbuste résistant à la sécheresse
Une fleur de sauge à petites feuilles 'Hot Lips' (Salvia microphylla 'Hot Lips') butinée par une abeille.
En plus d'être résistante à la sécheresse, la flore méditerranéenne offre un panel de fleurs riche et varié attirant les insectes pollinisateurs

 


Le jardin sans arrosage : changer le regard sur le jardin en Méditerranée

Dans un jardin méditerranéen sans arrosage, il faut aussi pouvoir réviser son point de vue sur ce qu’est un jardin. Dans notre climat, le jardin adapté composé d’essences méditerranéennes va, en partie, entrer en dormance l’été. C’est la dormance estivale. Les plantes poussent moins, jaunissent, leur cycle végétatif ralenti. Le vert étincelant que l’on connaît dans les jardins romantiques anglais ou bien ce vert que l’on s’efforce à maintenir sur nos gazons traditionnels (voir l’article consacré à l’entretien du gazon tout au long de l’année) à grands coups d’arrosage n’ont plus leurs places ici. Quand vient l’été, le jardin de climat chaud et sec se dote d’une teinte ocre et dorée, argentée ou bleutée qui n’a rien à envier à ses voisins anglais. Certains feuillages persistants comme celui du pistachier lentisque (Pistacia lentiscus) résistent avec sa couleur vert bouteille. Les lavandes, les cistes et les sauges offrent tout leur potentiel florifère.  Seules les plantes les plus robustes et stratégiquement adaptées, vont continuer lentement leur croissance. Les autres, optent pour d’autres stratégies. Cycle végétatif essentiellement printanier ou automnal, disparition du système foliaire aérien à l’approche de l’été afin de se protéger, augmentation de la sécrétion de substances foliaires permettant à la plante de résister aux chaleurs intenses et au manque d’eau. Le jardin sans arrosage s’efforce de se composer d’essences relativement bien adaptées à la sécheresse. Ce sont pour la plupart, des végétaux xérophytes.

 

gazon arrosage montpellier

Turbine d'arrosage automatique

Pour être maintenu vert toute l'année, un gazon dans la région de Montpellier doit consommer 2000L d'eau par an et par m²
Pour un gazon de 200m², ce sont donc 400 mètres cube d'eau qui sont nécessaires pour sa survie tout au long de l'année



Comment réaliser un jardin sans arrosage ?

Pour réaliser un jardin sans arrosage vous devez d’abord penser sa conception. Quelles sont les zones où le jardin va pouvoir se ressemer de lui-même sans nécessiter aucun arrosage dès la plantation ? Ces zones pionnières sont souvent laissées pour compte dans les parties du jardin les moins visibles depuis la maison ; tout en surveillant qu’une catégorie de plante ne prenne pas trop le dessus sur d’autres espèces par sa rapidité de colonisation de l’espace. Ici, le jardinier se doit de garder un œil distant sur la façon dont évolue son paysage.
D’autres zones, plus proches de la maison peuvent être plantées de façon plus structurée afin de permettre une diversité végétale, un panel de formes et de couleurs plus intentionnels qui raviront le jardinier ainsi que ses convives.
Plus techniquement, le terrain doit être amélioré afin de créer un sol parfaitement drainé. Ce qui est souvent fatal pour les plantes de sols secs, ce sont les sols argileux, lourds et compacts qui retiennent l’eau en hiver. Quoi de plus paradoxal, dans le sud de la France, de perdre une plante parce qu’elle a reçu un trop plein d’eau ?
Les systèmes goutte à goutte et les arrosage manuels sont donc à proscrire si vous choisissez un jardin sans arrosage. Néanmoins, le premier été qui suit la plantation, vous devrez vous efforcer de surveiller vos plantations et de réaliser des arrosages copieux mais espacés dans le temps. Les paysagistes spécialistes des jardins sans arrosage s’accordent à dire qu’il faut suivre la règle suivante pour chaque plante nouvellement installée (plantez de préférence à l'automne) :


A partir du début de l’été, toutes les 3 semaines :
15L d’eau au début de l’été par plante
20L d’eau 3 semaines plus tard
30L d’eau à la fin de l’été


Cette technique vous permettra de forcer la plante à s’enraciner en profondeur. Il faut qu’elle puisse aller chercher l’eau en profondeur afin de se protéger du manque d’eau en surface, quand les pluies se feront rares.

Vous pouvez aussi opter pour un paillage minéral qui aura la fonction de refléter une partie du rayonnement lumineux s’il est clair (concassé calcaire blanc, marbre roulé). Les paillages minéraux foncés comme la pouzzolane ou le schiste, ardoise, fonctionnent aussi comme de bons isolants en surface tout en garantissant un bon drainage sur l’ensemble de votre sol à condition que le reste de votre terrain soit correctement drainé. De manière générale, le paillage vous permet aussi de limiter l’évaporation de l’eau présente dans le sol en plus de limiter les travaux de désherbage. Vous trouverez ici un article dédié aux paillages pour plus d’information.


Quelles plantes dans un jardin sans arrosage ?

Il existe un panel très grand de végétaux adaptés aux jardins sans arrosage. Les plus connus sont les sauges, les cistes, les lavandes, les graminées. D’autres, moins connus du grand public comme la verveine de Buenos Aires, la sauge d’Afghanistan ou encore la sauge à feuilles de lavande sont dotées d'excellentes capacités à s’adapter à la sécheresse en plus d’être faciles à cultiver et à entretenir, fleuries et bénéficiant d’un feuillage ornemental.
En plus des végétaux, pourquoi ne pas opter pour un hôtel à insectes dans votre jardin afin d'attirer de la biodiversité dans votre jardin?

 

 

Lavande à fleurs mauve

 

 La lavande s'adapte très bien en sol drainé

 Elle convient pour un jardin sans arrosage et

 favorise la pollinisation par les insectes

 

 

 

 

 

 

 

 

erigeron de karvinsky plante méditerranéenne

Erigeron de Karvinsky ou vergerette de Karvinsky (Erigeron karvinskianum)

est une petite vivace très fleurie qui pousse très bien dans des sols parfaitement drainés

 

 

sauge d'Afghanistan - perowskia atriplicifolia

La sauge d'Afghanistan ou lavande d'Afghanistan (Perowskia atriplicifolia 'Blue Spire) est une plante rustique et très florifère qui pousse dans des sols pauvres et drainés. En plus de ne nécessiter que très peu d'eau, elle est très facile à entretenir. Ses fleurs parfumées, attirent les insectes pollinisateurs

 

 


Conclusion

Le jardin sans arrosage ne peut pas convenir à tout le monde. Cependant, à condition de recréer un sol drainant là où il est lourd et compact, il peut s’adapter à toutes les situations. C’est une façon différente d’envisager nos espaces verts en imitant ce que l’on retrouve dans nos garrigues alentours et les jardins méditerranéens adaptés au climat dans lesquels ils se trouvent. Les mentalités évoluent. Allons-nous vers une prise de conscience de ce que coûte l’Homme à son environnement pour son plaisir ? Est-ce le sens que nous voulons donner à notre havre de paix ? Néanmoins, avec les enjeux climatiques actuels et la réduction des ressources en eau, le jardinier de demain n’aura plus vraiment le choix sur les végétaux qu’il peut ou non, planter dans son jardin.
Alors, pourquoi ne pas s’essayer au jardin sans arrosage ?

 

 

Le Paillage: un atout essentiel pour votre jardin

19/06/2020

Le Paillage: un atout essentiel pour votre jardin

Qu'est-ce que le paillage?


Le paillage est une matière d’origine organique, minérale ou synthétique que l’on dispose en surface du sol afin de couvrir ce-dernier et de le protéger de plusieurs facteurs.


Dans la nature, vous ne verrez jamais un sol nu. On dit que la Nature a horreur du vide. C’est pourquoi, dans les forêts et les espaces naturels, les feuilles mortes et autres déchets organiques se déposent naturellement en surface du sol afin de le protéger et de le nourrir.
Cette couche de déchets bruts déposés en surface va se décomposer progressivement afin de former un horizon humifère qui sera bénéfique pour les plantes et la vie microbienne du sol. Ce recyclage naturel perdure depuis la nuit des temps et permet aux forêts de s'agrandir et aux animaux d'y trouver refuge.
Au jardin et dans les massifs, le jardinier cherche à imiter ce que fait la Nature en disposant du paillage recyclé ou acheté afin de protéger son sol.
Un tableau comparatif reprenant les différents types de paillages les plus répandus est disponible à la fin de cet article.

 

Plaquettes de bois

Paillage à base de plaquettes de bois. L'aspect rouge peut être donné par le châtaignier ou le pin



Les 3 familles de paillages:

Organique : Il existe beaucoup de paillages d’origine organique. Les plus connus sont l’écorce de pin, les plaquettes de bois ou encore la paille. Il est possible de se procurer des paillages colorés artificiellement mais ils sont généralement plus chers et la couleur n’est pas durable. De manière générale, plus les éléments qui composent le paillage sont gros, plus ils mettront de temps avant de se dégrader entièrement. Les écorces de pin sont longues à se décomposer (environ 5 à 10 ans). En fonction de la nature de votre paillage, il est recommandé de les recharger tous les 4-5 ans (en moyenne) en fonction de la quantité que vous avez apportée initialement. Contrairement aux idées reçues, les paillages qui proviennent d’arbres résineux, n’acidifient que très peu le sol. En réalité, c'est surtout en surface que cela s'acidifie et souvent de façon négligeable. Même si cela peut gêner quelques plantes exclusivement calcicoles (plantes de sol calcaire), une très grande majorité des végétaux apprécie avoir une légère acidité à leur pied.
Toujours dans la catégorie des paillages organiques, il existe les rouleaux de chanvre. Ce sont de grandes bâches tissées à l'aspect fibreux marron clair qui permettent de couvrir uniformément votre sol tout en le laissant respirer. La dégradation de cette matière est sans impact sur votre sol et prend plusieurs années. La bâche en chanvre est généralement installée en attendant que les végétaux plantés se développent et recouvrent la bâche.

Les plus économiques : Feuilles mortes, herbe coupée (tonte), épines de pin, B.R.F (Bois Raméal Fragmenté) et déchets de tailles, branchages, paille, etc.
Les plus durables : plaquettes de châtaignier, écorces de pin, écorces de peuplier
Les plus esthétiques : broyat de chanvre, fèves de cacao, plaquettes de châtaignier

Copeaux de bois

Plaquettes de bois naturel provenant d'un feuillu. Idéal pour éclaircir les massifs avec des végétaux plus sombres. Il prend une teinte grisée avec le temps.



Minéral : Les paillages minéraux sont essentiellement des graviers. Il en existe de nombreuses variétés dans des couleurs et des textures très variées : ardoise, graviers calcaires concassés, graviers roulés, brique pilée, galets. Souvent utilisés pour les zones carrossables, on les retrouve aussi dans les massis et les allées des jardins minéraux, zens, secs ou méditérrannéens car ils limitent l'entretien et sont représentatifs des ressources locales en plus d'être de bons isolants.

Paillage minéral

Gravier concassé noir. Son aspect peut convenir dans les massifs ou pour les allées


 
Synthétique : Ce type de paillage est généralement utilisé pour recouvrir des sols sur des grandes surfaces. Ils sont aussi parfois disposés sous la couche de paillage afin d’améliorer l’efficacité de ce dernier. Notons qu’une bâche d’origine synthétique est composée de matière plastique. Celle-ci s’abîme avec le temps car elle est dégradée par les évènements météo et les bactéries du sol, qui consomment le plastique. Il en résulte un sous-sol contenant du plastique ce qui n’est pas écologique. Notez qu’une couche suffisante de paillage organique ou minéral et une bonne préparation du sol suffisent à rendre le paillage, seul, efficace. Les bâches synthétiques sont donc une sécurité supplémentaire négligeable si le travail a correctement été réalisé en amont.

A quoi le paillage sert-il?

 


Quel est le prix du paillage et quelle quantité par mètre carré, quelle épaisseur?

De 0€ à 25€ le mètre carré
Si vous recyclez les déchets de votre jardin (B.R.F, déchets de tonte, feuilles mortes, compost pas fini), cela ne vous coûtera rien.

Les paillages organiques nécessitent d'être rechargés afin de garder une épaisseur suffisante pour qu'il soit efficace. Une fois par an pour les paillages organiques les plus fins. Les paillages minéraux ne se rechargent pas. Le paillage synthétique se détériore généralement au bout de quelques années. Les paillis de tonte durent quelques semaines. De manière générale, les paillages organiques sont meilleurs marché que les paillages minéraux, plus chers comme l'ardoise, le marbre ou la brique roulée. De plus, il faut une épaisseur assez importante ce qui augmente le coût. L'avantage du paillage minéral est inaltérable. Il se peut cependant qu'il grise avec le temps.

Entre 40 et 70L/m²
Tout dépend du calibre (taille) de votre paillage. De manière générale, il faut disposer une épaisseur plus importante pour les paillis fins (broyat de chanvre, feuilles broyées, déchets de tonte) soit environ 8 à 10cm. Pour les paillages plus épais (plaquettes, écorces) l'épaisseur "utile" est au minimum de 7cm. En dessous de cette épaisseur, l'efficacité sera moindre. Certains font le choix d'une épaisseur "esthétique" ce qui peut convenir à certains jardiniers amateurs. Néanmoins, le paillage n'est ici pas utilisé au maximum de son potentiel...

Comment installer un paillage dans son jardin?

De nombreux sites regorgent de tutoriels pour vous expliquer la marche à suivre. Le but ici est de vous guider de façon synthétique au travers de cet article.

Voici les étapes préparatoires avant de régaler votre paillage:

  1. Désherbez le sol en place en retirant les racines
  2. Griffez ou utilisez une grelinette afin de décompacter le sol en surface
  3. Nivellez le sol avec une griffe ou un râteau
  4. Disposez votre paillage en couche suffisante (au moins 7cm pour des gros calibres, 10cm pour les plus fins)
  5. Nivellez le paillage afin de le répartir uniformément à la surface du massif
  6. Arrosez le massif si votre paillage a des propriétés de rétention d'eau comme le paillis de chanvre


Paille

La paille est bon marché. Une bonne épaisseur peut suffire à la rendre efficace. Néanmoins, la présence de graines céréalières peut apporter des adventices.

 


Avant de refermer cet article, voici un tableau comparatif des paillages les plus connus regroupés dans 3 familles:


Tableau comparatif paillages organiques minéraux et synthétiques

 

En résumé, les paillages sont souvent connus du grand public mais leur utilité est parfois sous-estimée. En effet, le paillage, en plus de limiter la pousse des adventices, est un allié pour limiter l’évaporation de l'eau du sol et favoriser la vie microbienne souterraine. Même si l’investissement peut parfois s’avérer coûteux pour des grandes surfaces, il existe des paillages bons marché qui conviennent très bien pour le jardin. Si vous n’avez pas le budget nécessaire pour pailler l’ensemble de votre jardin, commencez sur une petite surface ou bien recyclez les déchets du jardin en paillage.
Enfin, si vous ne voulez pas recharger votre paillage quand celui-ci aura disparu en nourrissant votre sol, vous pouvez opter pour le paillage minéral. Là encore, le choix est vaste et la durabilité est importante.

au fil des saisons... De la graine au jardin